Oulala quel manque de rigueur ! J’ai délaissé ce blog pendant près d’un an ! Le dernier post date du 4 août 2010 ! Pas bien, pas bien, pas bien du tout ! Que vous dire pour expliquer ce très très long silence ? Les 6 derniers mois de l’année 2010 se sont écoulés dans un certains flou artistique en ce qui me concerne. J’ai oscillé entre des sources de bonheur énormes et des peurs et doutes affreux. On a diagnostiqué à tort une puberté précoce, puis une tumeur au cerveau, puis une carence en hormone de croissance puis une surdité partielle à ma petite poulette de 1 an tout juste au début du tourbillon médical. Pendant un an, on a enchaîné toutes les semaines ou toutes les 2 semaines les rendez-vous chez les spécialistes : psychomotricienne, endocrinologue, neurologue, ORL, Radiologue, chirurgien pédiatrique… Ce fut lourd même si une fois confrontés à la chose, on ne s’en rend pas vraiment compte : de toute façon, on n’a pas le choix. Forcément, tous ces évènements ne sont pas restés sans impact sur moi, ma vie, mon couple, mon cercle amical. Je suis passée par des moments difficiles, j’ai du faire des choix, d’autres que je n’ai pas voulu se sont imposés à moi et il a bien fallut les digérer, bon gré ou mal gré. J’ai aussi eu de grandes joies : j’ai passé la trentaine au milieu des gens que j’aime qui ont remué ciel et terre pour m’offrir une fête et des surprises comme je n’aurai pu en rêver, j’ai testé la sincérité d’un attachement, la profondeur d’un sentiment, j’ai pu savourer la complicité naissante de mes filles, … Bref, il s’est passé des choses et j’ai eu besoin de prendre un certain recul pour gérer tout ça.

 

Mais il semble que ce tumulte soit désormais derrière moi. Les jours s’égrènent maintenant avec plus de calme et me voilà de retour.

 

Seulement, on ne laisse pas un blog à l’abandon si longtemps sans revenir avec un coup d’éclat. Il faut revenir par la grande porte, sous les flashs et la lumière des projecteurs, bref il faut un retour en grande pompe. Ca tombe bien, je viens justement de faire l’acquisition de LA pièce qui peut faire oublier une si longue absence.

 

Réfléchissons un peu… Je disais donc faire son entrée par la grande porte, sous les flashs… Ok. Mais pour cela, il faut une tenue adéquate. D’accord. Une arrivée triomphale, sous les flashs… Ca ne vous fait pas penser un peu à la montée des marches du festival de Cannes ? Il faudrait donc une tenue adaptée à ce genre d’évènement… Une robe donc, digne d’une star de cinéma. Une robe extravagante qu’on ne peut pas mettre tous les jours, une robe de princesse, digne d’un conte de fées… Oui, il y en a plein les magazines de mode. Mais accessible à un budget de madame-tout-le-monde-qui-bosse-certes-mais-qui-a-un-credit-maison-une-nounou-à-payer-et-des-bouches-à-nourrir ? Comment, cette merveille existerait ?

 

Oui, cette merveille existe. Même son nom proclame sa beauté et son côté féérique. Il s’agit de la robe enchanteresse Naf Naf.

robe_bustier_enchanteresse_naf_naf 

Elle est déclinée dans leurs boutiques depuis l’hiver dernier et je suis tombée amoureuse de leur campagne de pub inspirée des contes de fées. 199 euros. Ce n’est pas donné certes mais pour une très belle robe, je trouve que c’est encore acceptable. Mais bon, j’avais alors d’autres priorités. Et là, je ne sais pas trop comment, je suis retombée dessus et ce fut une nouvelle obsession ! Pas de chance, elle n’était plus disponible dans la couleur qui m’intéressait (nude) sur le site de la marque. Alors je l’ai traquée sur les sites de vente d’occasion. J’ai envoyé mail sur mail à toutes les annonces pour connaître la taille, la disponibilité, la couleur… et j’ai enfin trouvé mon bonheur. Une robe nude taille 38 portée une fois. Dès sa réception, j’ai couru l’essayer. Quelle merveille ! Déjà, elle pèse un certain poids, preuve qu’il y a un vrai travail sur le tissu, entre le jupon, la jupe de base et les pétales de tulle qui donnent cet aspect froufroutant. Et niveau taille, elle est parfaite ; Par contre, c’est bien la première fois que je suis heureuse d’avoir perdu de la poitrine car elle est vraiment très ajustée sur la partie bustier.

 

Clairement, je ne sais absolument pas à quelle occasion la porter (pas de chance, mes 30 ans sont passés et pas sûre que mes amis me suivent chaque année dans mes idées loufoques de fête à thème !) mais je ne me lasse pas de la regarder et de la toucher. Une vraie fierté cette robe !

 

J’aime beaucoup l’esprit « reine des neiges » de la campagne de pub mais je suis très frileuse… Alor je la verrai bien avec une étole en fausse fourrure blanche à la Marilyn Monroe…

 Etole

Pas vous ?

 

Poupoupidou !

 

Et bientôt, l’épineuse question qui revient tous les ans : que mettre dans ma valise ?!